Kerala

Kochi – La porte d’entrée du Kerala

Kochi – La porte d’entrée du Kerala

Kochi ou Cochin 

La capitale commerciale et industrielle du Kérala appelée la porte d’entrée du Kérala a attiré depuis tous les temps les convoitises. Ces nombreuses influences extérieures ont marqués son histoire.  Britanniques, Arabes, Chinois, Portugais et Néerlandais se sont disputés cette ville et ils ont laissé leur empreintes dans le patrimoine touristique.

Dans le quartier de Fort Cochin se trouve le coeur historique de la ville. Le palais Hollandais construit en 1555 par les Portugais pour le Rajah Virakeralavarma, réaménagé un siècle plus tard par les Hollandais pour en faire le palais du gouverneur, la cathédrale Sainte-Croix, l’église Saint-François, ainsi que la vieille synagogue. Vestiges des voyages de commerçants sous le règne de Kubilai Khan, empereur mogol en chine, les carrelets chinois ou filets de pêche chinois sont une curiosité que l’on ne trouve qu’à Kochi.

Cochin était au XVème siècle une escale marchande importante sur la côte de Malabar pour le commerce des épices (en particulier le poivre) dominé à cette époque par les arabes. C’est pour les concurrencer que les portugais s’y sont établis avec l’accord du Raja local. Les hollandais ont chassé les portugais de Cochin en 1663, ils y ont construit plusieurs fortifications et des maisons d’habitation dont certaines ont été restaurées et transformées en hôtels.Les anglais ont conquis Cochin en 1795.

1 – La cathédrale – Basilique Sainte-Croix (Santa Cruz)

L’église Sainte-Croix fut construite par les Portugais en 1505. Elle fut élevée au rang de cathédrale en 1558 par le pape Paul IV. Épargnée lors de l’arrivée des Hollandais mais toutefois détruite par les Anglais en 1785. Elle fut reconstruite dans son style baroque tardif en 1887 grâce aux dons de la communauté chrétienne du Kerala. La cathédrale fut consacrée en 1902 et proclamée basilique en 1984 à l’occasion de la visite du pape Jean-Paul II.

2 – L’ église Saint-François

L’église Saint Francois (St. Francis en anglais) est la plus vieille église européenne de l’Inde. Le premier fort et une église ont été construits à Kochi en 1503 par les Portugais sur la presqu’île de Mattancherry Cette église a été transformée maintes fois, dédiée à plusieurs saints, mais sa dernière version en 1516 était destinée à Saint François. Vasco de Gama mourut à Kochi. Il fut enterré dans cette église et la dalle de sa tombe est encore dans l’édifice mais ses restes ont depuis été ramenés au Portugal.

3 – Le palais Hollandais ou palais de Mattancherry

Le palais de Mattancherry, aussi surnommé palais Hollandais du fait de sa rénovation en 1663 par les Hollandais. C’est un bel endroit possédant de belles peintures murales. Il a été édifié en 1555 par les portugais, il a abrité des gouverneurs occidentaux et des rajas locaux. Trois petits temples sont présents dans l’enceinte du palais, un dédié à Shiva, un à Krishna et le dernier à la déesse protectrice de la famille royale de Kochi – Pazhayannur Bhagavati.

4 – La synagogue Paradesi

La Synagogue Paradesi (les Paradesis sont des juifs chassés d’Espagne en 1492) a été construite en 1568 mais une communauté juive existait à Cochin depuis le début de l’ère chrétienne. Elle fut détruite par les portugais en 1662 et reconstruite par les hollandais en 1664. Elle abrite des antiquités rares telles que des lustres en verre, une chaire centrale, des arches en teck … et un sol de toute beauté pavé de carreaux de porcelaine importés de Chine au 18ème siècle peints à la main dans les tons de bleu.

La communauté juive de Kochi était une communauté prospère contrôlant le commerce des épices.

«C’est la plus vieille synagogue du Commonwealth encore en activité mais elle ne vit qu’à moitié», explique un guide. Depuis 1989, la communauté ne réussit plus à réunir le minian, le quorum de dix hommes adultes nécessaire à la plupart des rites religieux. La synagogue ne s’illumine que quand le rabbin de Bangalore et quelques fidèles s’y rendent pour Yom Kippour ou Roch Hachana.

5 – Les spectacles de Kathakali

Le Kathakali est l’une des danses du monde avec plus de symbolisme et de complexité puisque différents arts y sont mélangés. Les personnages racontent des histoires à travers le corps et la musique, sans prononcer le moindre mot.

Le Kathakali est la forme théâtrale la plus connue et sans doute la plus spectaculaire de l’Inde. Il serait dérivé d’anciens rituels d’offrande votive propres au Kerala. Son répertoire provient des grandes épopées, le Râmâyana et le Mahâbhârata, ainsi que des Purâna, les chroniques de l’Inde ancienne.

Les costumes et les maquillages somptueux sont caractéristiques de ce théâtre. Les couleurs des maquillages sont codifiées et définissent la qualité des personnages pour transformer les acteurs en dieux vivants.Il leur faut jusqu’à quatre heures pour se maquiller ! L’apprentissage du jeune artiste se fait par une pratique corporelle intense.

6 – Les carrelets ou filets de pêche chinois

Grande attraction de Cochin , ils furent importés par les marchands venant de la cour du l’empereur Kublai Khan en 1350. Cheenavala en Malayalam – Cheen  veut dire la Chine et  Vala  le filet. Astucieux système de contrepoids et de poulies orchestré dans un ballet bien rodé, c’est un spectacle fascinant. Cependant la quantité de pêche n’est pas énorme et semble l’être de moins en moins.

7 – Art et café à la Kashi Art Gallery

Un lieu original proposant à la fois une galerie d’art et un café dans un endroit fort agréable.

8 – Folklore Museum à Ernakulam

Ce musée présente le patrimoine du Kerala. Costumes traditionnels, accessoires de théâtre, instruments de musique, masques, sculptures en bois…  Le bâtiment en lui-même est atypique avec sa structure en bois.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.