Mode de vie

Redécouverte d’un plaisir perdu

Redécouverte d’un plaisir perdu

« Lola,  arrêtes de manger avec tes doigts, prends ta fourchette » 

Phrase répétée à ma fille maintes fois à chaque repas lors de ces deux dernières années.

Cette année, je l’ai emmenée avec moi en Inde et je me suis retrouvée face au paradoxe de l’éducation occidentale et de la culture Indienne.

Lors de notre 1er repas, Lola a plongé timidement ses doigts dans son assiette en me regardant interrogative. Je l’avais prévenue de cette différence avant notre arrivée mais voir tout le monde manger comme ça était étrange pour elle et …..pour moi aussi.

Pendant tout notre séjour, elle s’est amusée de la situation avec me^me parfois un peu de provocation dans son regard.

« Regardes Maman ça dégouline , regardes je mange bien avec mes doigts »

Notre expérience avec les mains : 

Quel plaisir pour elle de pouvoir outre-passer la règle sans que je puisse la reprendre. Je l’observais jouir de cette nouvelle pratique. J’avais le sentiment de mettre un grand coup de pied dans l’éducation que j’avais reçu et que je donnais à mon tour.

Pour moi l’expérience fut plus compliquée. La situation n’était pas confortable. Je me trouvais maladroite et je n’appréciais pas de manger de petites bouchées ; une fois sur deux, mes doigts étaient vides en arrivant à ma bouche. J’ai mis du temps à comprendre l’importance de malaxer un peu l’aliment et d’en faire une petite boule pour l’accompagner en bouche sans en mettre partout.

J’aime la sensation que je ressens au bout de mes doigts quand je touche, caresse, masse,  cuisine,  malaxe  mais mélanger les aliments, découvrir la chaleur du plat, les différentes textures étaient de nouvelles sensations pour moi. 

Bien souvent à la fin du repas j’avais des aliments sur une bonne partie de la main, cela amusait beaucoup mes hôtes qui n’avaient que le bout des doigts saucés, j’ai du apprendre la technique pour manger avec une seule main : la main droite car la gauche est impure. 

 Après quelques repas je me suis sentie libre. LIBRE de  découvrir les aliments et une nouvelle façon de les manger.  S’alimenter pouvait être sensoriel et sensuel. Je prenais un réel plaisir à mettre mes doigts à la bouche, à effleurer mes lèvres .  A la façon Mickey Rourke et  Kim Basinger dans 9 semaines et demi 😜

J’ai du plaisir à retrouver cette façon de manger à chacun de mes voyages.

Manger avec les mains

Mais pourquoi tant de manière ?

Cela m’a donné envie de comprendre pourquoi en France nous mangeons avec des couverts et quels bienfaits nous pouvons avoir de manger avec les mains : 

– Jusqu’au XIXème siècle, nous mangions avec les doigts en France. La fourchette a mis du temps pour être adoptée. Elle était signe de bonne manière et de bourgeoisie.

Les mœurs de table ont évolué et la fourchette s’est imposée pour contribuer à une meilleure civilité lors des repas et une meilleure hygiène.

Finalement cela ne fait que 400 ans que l’on utilise des couverts en France…

L’ Ayurvéda explique pourquoi manger avec les mains est bénéfique :

En Ayurvéda on nous explique que le monde est composé des 5 éléments suivants : air, éther, feu, eau et terre. 

Nous les retrouvons dans les 5 doigts de la main. Chaque doigt est perçu comme le roi d’un élément,  d’une énergie.

 

Ayurveda

 L’action de manger avec la main permet de mettre en action les 5 éléments et de favoriser la digestion.

L’expertise de nos doigts permet d’envoyer l’information à notre cerveau sur la chaleur, la consistance, la densité et de mettre en action le feu digestif « Agni »,  de stimuler les phénomènes chimiques de la digestion.

En mangeant avec les mains nous ne pouvons pas assimiler une grande quantité et donc nous mangeons plus lentement. La digestion a le temps de se mettre en place et la sensation de satiété se fait ressentir plus facilement.

Nous actionnons 4 sens sur 5  – la vue, l’odorat, le toucher et le goût –  ce qui rend l’expérience charnelle et donne un goût différent aux aliments.

En conclusion : 

Petite pensée d’une maman écolo :  Gain de temps car moins de vaisselle à faire  et peu d’eau utilisée. 

Je vous laisse deviner la difficulté pour Lola de se réadapter à la fourchette, et d’accepter de reprendre nos habitudes à la Française. Depuis notre retour du Kerala, nous avons mis en place un repas par semaine où nous mangeons librement selon les envies de chacun.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.